Le FC Barcelone est fou de rage pour Gavi !

Sorti sur blessure après 20 minutes de jeu lors de la victoire (3-1) de l’Espagne contre la Géorgie, dimanche soir, et vraisemblablement gravement touché au genou droit, Gavi a vécu une soirée cauchemardesque. D’ores et déjà incertain pour l’Euro 2024, le jeune milieu de terrain du FC Barcelone souffrirait, en effet, d’une rupture du ligament croisé antérieur. De quoi plonger la Roja dans le chaos et provoquer une colère noire au sein de l’écurie catalane…
Cette trêve internationale vire au cauchemar. Après les blessures de Vinicius Jr, Warren Zaïre-Emery, Eduardo Camavinga ou encore Erling Haaland, pour ne citer qu’eux, le jeune prodige, Gavi, se retrouve, lui aussi, au coeur d’une situation cauchemardesque. Maillon essentiel du FC Barcelone et véritable pilier de la sélection espagnole, le joueur de 19 ans a dû quitter ses partenaires après 20 petites minutes de jeu lors de la victoire (3-1) de la Roja contre la Géorgie. Si ce succès assure définitivement aux hommes de Luis de la Fuente la première place du groupe A dans ces qualifications à l’Euro 2024, le réveil est plus que douloureux outre-Pyrénées. Selon les dernières informations de la presse espagnole, Gavi souffrirait, en effet, d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit après un choc avec Luka Lochoshvili.

Sorti en larmes et remplacé par Oihan Sancet, le droitier d’1m73 pourrait donc manquer plusieurs mois de compétition, alors que la Fédération espagnole de football (RFEF) a brièvement indiqué via un premier rapport qu’il s’agissait d’une «blessure majeure». Plus que jamais incertain pour l’Euro 2024, l’international espagnol aux 27 sélections (5 buts) plonge, à son insu, la Roja dans le chaos. «C’est un moment très difficile, très dur pour le joueur, pour le FC Barcelone, pour l’équipe nationale, pour moi. Ce soir (dimanche, ndlr) c’est comme si nous avions perdu, nous sommes dévastés. Cela fait partie du football, mais c’est la partie la plus moche. Je suis désolé pour lui. Il a fait un mauvais appui et son genou s’est bloqué», regrettait, à ce titre, Luis de la Fuente en conférence de presse.

Un terrible coup dur pour le Barça !
Relancé sur l’état de santé du jeune Catalan, le sélectionneur espagnol ne cachait pas non plus son désarroi. «Il était brisé, bouleversé, il ne comprenait pas que de telles choses puissent lui arriver. Il était extrêmement triste. À la mi-temps le vestiaire ressemblait à une veillée funèbre. (…) C’est le jour le plus dur, le plus amer depuis que je suis sélectionneur», ajoutait ainsi le tacticien de 62 ans. Sous le choc, ce dernier provoque, pourtant, une immense colère du côté de Barcelone… Ainsi, d’après plusieurs journalistes de la RAC1 ou encore de Sport, les Blaugranas ont désigné Luis de la Fuente comme le principal coupable de cette immense déconvenue. Les médias espagnols précisent, en ce sens, que les Culers ne comprennent pas pourquoi Gavi a rejoué le deuxième match après le premier contre Chypre jeudi, alors que l’Espagne est déjà qualifiée pour l’Euro. Du côté de l’actuel troisième de Liga, on estime notamment que De la Fuente avait largement les alternatives pour ne pas faire enchaîner le natif de Los Palacios y Villafranca.

Pour rappel, depuis sa première sélection, Gavi a joué tous les matches, soit 27 rencontres. «Gavi est hyperactif, il veut toujours jouer. Les bons joueurs ne se reposent jamais. C’est pour ça qu’ils sont si spéciaux. Nous sommes en novembre, les joueurs sont encore frais à cette période», expliquait d’ailleurs De la Fuente pour justifier le rythme infernal de son milieu offensif. Un discours difficile à entendre en ce lundi matin et qui risque, par ailleurs, de tendre les relations entre la sélection espagnole et le Barça. La compensation financière de la FIFA – qui pourrait atteindre entre quatre et cinq millions d’euros – ne devrait quant à elle rien changer à la frustration actuellement ressentie chez les Culers, qui craignent de devoir se passer de leur pépite jusqu’à la fin de la saison. En attendant, Gavi, accompagné d’Albert Luque le directeur de l’équipe nationale, est lui rentré à Barcelone pour passer des examens plus approfondis et ainsi connaître le verdict final…

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.